En attendant notre prochaine intervention et la réfection complète de la clôture du jardin, les femmes continuent de cultiver la terre…

En effet lors de la mise en oeuvre de la construction du puits, nous avions décidé d’engager la réfection de la clôture. Réfection que nous n’avons pas pu terminer car le grillage de la clôture provisoire était trop abimé pour pouvoir être réutilisé.

La clôture est essentielle car au Sénégal, il y a beaucoup d’animaux en divagation et évidemment beaucoup d’animaux sauvage.

Notre aide et plus particulièrement le jardin, ne sont pas conditionné à une notion de rendement ou d’objectif.

Le jardin à un rôle nourricier et de cohésion sociale.

Nous tenons à féliciter les femmes de Gouraf qui essaie de cultiver quelques légumes malgré l’absence de clôture.

Courage mesdames, nous vous promettons un jardin totalement fonctionnel pour la prochaine saison.